Research - Scripts - cinema - lyrics - Sport - Poemes

عــلوم ، دين ـ قرآن ، حج ، بحوث ، دراسات أقســام علمية و ترفيهية .


    Ghardaia

    شاطر

    GODOF
    Admin
    Admin

    عدد المساهمات : 10329
    نقــــاط التمـــيز : 48816
    تاريخ التسجيل : 08/04/2009
    العمر : 26

    Ghardaia

    مُساهمة من طرف GODOF في الثلاثاء 6 أبريل - 18:23

    Ghardaïa (tifinagh : en tifinagh ⵜⴰⵖⴻⵔⴷⴰⵢⵜ, arabe : ولاية غرداية) est une oasis située au centre de l'Algérie; elle est le chef-lieu de la wilaya de Ghardaïa. C'est la capitale de la Vallée du Mzab. La ville est peuplée de 170 000 habitants . La ville fait partie du patrimoine mondial et elle est considérée comme site touristique en Algérie .

    Ghardaïa


    Ghardaïa tire son nom du mot amazighe tagherdayt (Tarerdayt). Aujourd'hui capitale du Mizab. Sa date supposée de sa fondation est 1228. C'est une cité (Aγerm) de type ksourien, son architecture traditionnelle a largements inspiré l'œuvre de Le Corbusier. Une légende plus que fantaisiste raconte qu'une jeune fille du nom de Daïa, vivait solitaire dans une grotte (cette grotte à laquelle on fait allusion ne peut même pas contenir deux chats). Le cheikh Baba-Oueldjemma, voyant de la fumée au-dessus de la grotte, s'arrêta et, séduit par la beauté de la jeune fille, il la demanda en mariage. Ils fondèrent la ville de Ghardaïa, « Grotte de Daïa », cependant que cela reste juste une légende imaginaire et elle n'a aucune relation avec l'origine de la nomination de la ville qui est d'origine amazighé " Taγerdayt ". le toponyme « Ghardaïa », comme d’ailleurs ceux de la région amazighe du Mzab (Tajnint « El Atteuf », At Mlichet « Melika », At Izğen « Beni Isguen », At Bunur « Bounoura », Bergan « Berriane » et Iger'r'ar'en « Guerrara »), n’est en effet, depuis la période coloniale française, que la déformation de la forme amazighe authentique « Taγerdayt » que l’on doit pas confondre avec taγerdat/taγerdayt, féminin de « aγerda = souris ». Ces ressemblances existent bel et bien en langue amazighe, dans toutes ses variantes.

    Ce toponyme « Taγerdayt » que porte la métropole de la région du Mzab, pour des raisons qu’il serait long d’évoquer ici, a bien entendu une forme et un sens en rapport avec la langue de l’établissement humain qui l’occupe depuis la nuite des temps. Par ailleurs, il serait insensé et inconcevable qu’une forme toponymique (Ghardaia) soit officialisée, alors que ce toponyme est depuis toujours prononcé « Taγerdayt » par toutes les populations amazighophones de ladite région en disant exclusivement : ad z'wiγ γel Tγerdayt (je me rends a Taγerdayt), usiγ-d s Tγerdayt (je suis venu de Taγerdayt), etc ...

    Selon une hypothèse solide à laquelle est parvenu H. DABOUZ, le toponyme Taγerdayt, signifiant « cuvette/dépression » se décompose comme suit : • « ta---t » (indices du féminin singulier, dans tamazight) • gher (découlant de iger/ager signifiant champ) • adday (partie inférieure, bas, dessous).

    Ce qui va en harmonie avec la topographie et le sens de « cuvette/dépression ». Par ailleurs, en tamazight d’Adrar Nfusa, en Libye, le mot Taγerdayt est bien attesté. Il donne le sens de « terre située au bord de l’oued ».


    Guerrara

    C'est dans le creux de l'oued M'Zab, sur des pitons rocheux, que s'est érigée la pentapole ou les cinq cités : Ghardaïa (Taghardayt en berbère), Mélika (At-Mlishet) Bounoura (At-Bunur), al-Atteuf (Tadjnint) et Beni-Isguen (At-Isdjen ou At-Isguen). Chacune de ces cinq cités est entourée par des collines ravinées par l'érosion pluviale. Deux autres cités, Berriane (At-Ibergane) et Gourara (Iguerraren) font partie aussi de la région, mais qui se situent en dehors de la vallée ; la première à 45 km au nord, la seconde à 110 km au nord-est.

    L'exploitation de l'eau dans la vallée du M'Zab s'était opéré par le creusement progressif de quelques milliers de puits traditionnels atteignant la nappe phréatique et par un système ingénieux qui assure la retenue la canalisation et le partage des eaux de crues. Actuellement, l'alimentation en eau s'effectue par des forages, d'une profondeur variant de 350 à 500 mètres, puisant l'eau fossile de la nappe albienne (continental intercalaire), dont les réserves sont estimées à 1500 milliards de m3. Sur le plan bioclimatique, on notera que cette région est marquée par une grande amplitude entre les températures de jour et de nuit, d'été et d'hiver variant d'un minimum de 0 °C à 46 ° C, les vents dominants d'été sont forts et chauds tandis que ceux d'hiver sont froids et humides. La période des vents de sables s'échelonne du mois de mars au mois de mai.



    Metlili

    Metlili est un ancien ksar abritant aujourd'hui une commune de 50 000 habitants. située a 42 km au sud-ouest du chef-lieu de la wilaya. Elle a été fondée par Tamer et Trif vers le XIIe siècle et est habitée par les Chaâmbas, descendants des Beni- Souleim Ben Mansour de Médine (Arabie saoudite), qui sont un ensemble de tribus parmi lesquels se trouvent les Ouled Allouche', et Ouled Abdelkader, les Chorfa, les Almoravides, les Zouas, les Beni Merzoug ou les Beni Brahim. L'ensemble est sous la coupe des Chaâmbas qui se sont révoltés contre le colonialisme français durant toutes les révoltes populaires de 1864 avec Bouchoucha. Metlili -chaamba est aussi connue aussi pour ses dattes "Deglet nour" de renommée mondiale. On trouve aussi à Metlili le meilleur burnous chaambi tissé à partir des poils de chameau. On y célèbre chaque année au printemps " la fête du MEHRI "(dromadaire destiné à la course). Durant cette fête, les gens viennent de tout le pays et d'autre coins du monde pour y assister et certains pour faire participer leur MEHRI a la course.

    GODOF
    Admin
    Admin

    عدد المساهمات : 10329
    نقــــاط التمـــيز : 48816
    تاريخ التسجيل : 08/04/2009
    العمر : 26

    رد: Ghardaia

    مُساهمة من طرف GODOF في الثلاثاء 6 أبريل - 18:23















      الوقت/التاريخ الآن هو الأربعاء 18 أكتوبر - 14:40